Aller au contenu


Cimoc


2 réponses à ce sujet
  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé

#1
Killer007

      ~OneeSan-Zuki~

  • messages 1 585
  • Inscrit(e) : 30 septembre 2011

  • Humeur du actuel : Hallucinante

Réputation : 64 (Se fait un nom)

Cimoc


cimoc-1-doki.jpg



Titre original : 코이모쿠
Titre Alternative: Koimoku
Origine : Coree - 2011
Auteur : LEE Hae-Won (dessin), LIM Dall Young (scénario)
Type : Seinen-Manhwa
Genres : Comedie, Tranche-de-vie, Amour, Érotique
Editeur VO : Kill Time Communication
Editeur VF : Doki Doki
Prépublié dans : Comic Valkyrie
Nombre de volumes VO : 5 (Terminé)
Nombre de volumes VF : 5 (Terminé)
Âge conseillé : 14 ans et +
Prix du Tome : 7,50€
Existe en anime : Non



Synopsis


Kôta Inamine débarque à Tokyo pour réaliser son rêve : devenir mangaka. Mais ses premières planches ne sont guère appréciées et ses jobs d’assistant dessinateur finissent en fiasco. Alors que Kôta plonge dans le désespoir, il apprend que son envahissante voisine est aussi rédactrice en chef d’un magazine de manga ! La roue du destin va-t-elle enfin commencer à tourner pour Kôta ? Deviendra-t-il un grand mangaka ?

Source : Manga-News



Où le trouver ?


Disponible chez Doki Doki


Modifié par Killer007, 23 août 2014 - 14:16.

  • 1

799556KIllersign.png

140102044150121624.png


#2
Sargon

      Le Déjanté!

  • messages 683
  • Inscrit(e) : 05 juin 2011

  • Humeur du actuel : Aucun choisi

Réputation : 145 (Étoile montante)

Ahhh, "CIMOC", un véritable petit bijou dans le paysage du manga!

 

Rien que le simple fait d'avoir été conçu par des Coréens nous offre un autre point de vue, une autre vision de l'univers parfois cruel qu'est celui du manga.

 

Comme indiqué sur la ligne du synopsis, Kôta Inamine, est un jeune garçon tentant désespérément de percer au milieu du cruel univers des mangakas, longtemps affublé à la tâche d'assistant pour autres grands auteurs, poste duquel il se fait souvent renvoyer pour cause de maladresse, de manque cruel talent.

Et pourtant, il va vitre être reconnu comme être un génie d'écriture, capable de comprendre les sentiments des personnages féminins comme personne.

Il lui manque juste un coup de pouce, être soufflé dans la bonne direction, c'est alors qu'un "ange" apparaît, provenant de son palier voisin...

 

Quand bien même la série ne dure que 5 tomes, nous ne sommes jamais en manque, tant l'écriture est aisée et la narration parfaitement rythmée.

Du début jusqu'à une véritable fin satisfaisante, l'évolution des personnages et de l'univers vous tiendra en haleine.

Rien ne manque: découverte des protagonistes, accomplissement personnels, rencontres révélatrices, des personnages pas si lisses qu'on pourrait le croire, avec leurs passés sombres et honteux.

Dessinateur amateur voulant être reconnu, éditeur vorace et véreux, industrie à grande échelle, fans de la première heure, tout le monde passe à la moulinette!

 

Finalement, le monde de l'entertainment possède sa face sombre, et c'est sans vergogne que les auteurs nous la décrivent, parfois sans détour

 

Le dessin est juste tellement... calibré.

Pour commencer, les femmes de cette oeuvre ont juste des poitrines de l'espace! Pourquoi s'embarrasser de la gravité quand l'on possède un furieux sex-appeal?!

Mais quand bien même certaines pages nous offre du fan-service gratuitement, jamais le manga tombe dans le vulgaire facile.

Le ton sait rester sérieux et adulte, restant très souvent très sombre, notamment lorsque les pages se concentrent sur les instants de doute du "héros", ou lorsque qu'il est confronté à l'implacable vérité, quand votre naïveté est assassinée, signe que vous devenez petit a petit un adulte, avez son lot de concessions, de désillusions.

Ou encore un dessin plus léger, plus décomplexé pour mieux décrire une chef éditrice désinvolte!

 

Toujours soutenu, le dessin capte parfaitement les émotion des personnages, leurs animations, positions les rendant presque vivants, à vouloir sortir du papier pour mieux nous raconter l'histoire.

Les filles sont parfaitement galbées, naturellement sexy et attirantes, les mecs ne sont pas en reste, avec une classe parfois démoniaque.

Ironie de la création, c'est que le personnage principal passe une phase d'apprentissage sur la création de personnages... féminins.

Mais bien plus encore, le dessin sait aussi se faire très détaillé tout autant dans le monde fictif dans lequel vivent les différents protagonistes. Un petit appartement, des bureaux d'éditions, d'une grande entreprise, ou un Tokyo fourmillant de vie...

 

Les yeux prennent plaisir à découvrir ce riche univers.

 

Pour conclure:

Avec Bakuman, nous avions une histoire plus idyllique de cet univers, très "shonen".

Avec CIMOC, on nous offre une version clairement plus dure, plus adulte, "seinen".

Et rien que pour tenir la comparaison, je vous recommande fortement et chaudement de vous procurer et dévorer cette fiction!

 

Le manwa est très prometteur, novateur et ça fait du bien!

 

Walap'.


Modifié par Sargon, 17 septembre 2014 - 08:55.

  • 2

Image IPB


#3
Sangigi Fuchsia

      Survivant du vieux continent ...

  • messages 777
  • Inscrit(e) : 24 septembre 2011

  • Humeur du actuel : Artistique

Réputation : 106 (Étoile montante)

Et bien mon petit Sargon, tu viens de me donner envie de me procurer cette série. Ce qui est une mauvaise nouvelle pour un certain porte-feuille. Bakuman était effectivement intéressant mais peut être trop rose, un univers plus sombre je ne devrais que plus l'apprécier.

 

 

nota benne : qu'il est plaisant de retrouver tes petits pavés =)


  • 0

Mon site personnel : http://esenjin.xyz/, « Mon langage est composé de 40 kg de cuivre, 25 kg de zinc, 15 kg de nickel, 5 kg de glace pour m'apaiser et 97 kg de méchanceté. »

Image IPB
Image IPB






0 utilisateur(s) dans ce forum

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Community Forum Software by IP.Board
Licence accordée à : AnimeServ.NET
Design & Code by Bad.Y o/
© 2013 AnimeServ