Aller au contenu


Chronique culturelle : Gô Nagai

Gô Nagai Nagai Personnalité

14 réponses à ce sujet

#1
beixoultes

  • messages 1 435
  • Inscrit(e) : 23 octobre 2011

  • Humeur du actuel : Fatigué

Réputation : 320 (Adulé !)
Salut à tous!

Pour ma première chronique culturelle, j'ai voulu vous parler d'un grand nom du manga. Pour être tout à fait honnête, je ne connaissais pas grand-chose sur lui avant de démarrer mes recherches, mais à mesure que je me renseignais, j'ai peu à peu réalisé l'étendue de son génie et à quel point le monde du manga serait différent s'il n'avait pas existé.
Aujourd'hui, je vais vous parler de Gô Nagai.


go-nagai_3.jpg




Au commencement…


Kiyoshi Nagai (plus connu sous son nom de plume : Gô Nagai) est né en 1945, un mois après la bombe d'Hiroshima. Il fait la connaissance des mangas dès l'âge de quatre ans avec Lost World d'Osamu Tezuka. Complètement fasciné par cet univers, il passera son enfance à lire et à dessiner… au grand dam de ses parents, qui aimeraient d'une part qu'il se sociabilise un peu plus, et ensuite qu'il laisse un peu de papier blanc dans la maison : même les cahiers de ses frères se retrouvent couverts de dessins.
Vers la fin de la primaire, sa famille déménage sur Tokyo. Dans cette capitale où il trouve tout à portée de main, Gô Nagai deviendra peu à peu obsédé par les histoires, dévorant romans et mangas et fréquentant le cinéma avec assiduité.

Cependant, à son entrée au collège, son père meurt. Gô Nagai sera traumatisé par l'événement au point d'en perdre l'usage de la parole un moment. Ce traumatisme changera beaucoup de chose : peu importe ce qu'en disent ses proches, l'école est devenue secondaire pour lui. Désormais, les mangas sont sa priorité absolue.

Ayant échoué à tous les concours d'entrée d'université et n'ayant aucune envie de réviser pour les réussir, il dessine en 1965 Kuro no Shishi, racontant les aventures d'un samouraï invincible venu du futur. Repéré par le magazine Shônen Sunday, on lui propose un poste d'assistant, et ô bonheur, c'est Shotaro Ishinomori (une de ses idoles) qui le prendra sous son aile.

 

kuro-no-shishi.jpg
Kuro no Shishi, le manga qui a révélé Gô Nagai


Toutefois, être l'assistant d'un grand mangaka n'est pas chose aisé : il dessine jusqu'à 20h par jour, sans prendre de vacances ni de week-end. Après presque deux ans à ce rythme, voyant sa santé se détériorer, il décide finalement de s'imposer un jour de repos par semaine. Un peu plus tard, après avoir formé quatre assistants fiables pour Shotaro Ishinomori, il obtient enfin un mois de congé.

Loin de lui l'envie de se reposer, il en profite au contraire pour publier en 1967 dans le Bokura magazine une histoire racontant les aventures d'un policier au Moyen Âge : Meakashi Polikichi. Son manga obtenant l'approbation du public, sa carrière de mangaka professionnel démarre enfin. Il enchainera dans les mois qui suivent plusieurs petites histoires pour le même magazine.




Nagai et le ecchi


L'éditeur Shûeisha cherchait des auteurs talentueux pour lancer un nouveau magazine : un certain Shônen Jump. Attiré par la grande liberté laissée par l'éditeur, Gô Nagai accepte leur invitation et publie Harenchi Gakuen en 1968 dans le tout premier numéro du magazine.
À l'origine, Nagai, prudent, raconte l'histoire de jeunes hommes voulant épier les filles durant leurs examens médicaux (celles-ci n'étant montrées que jusqu'à hauteur d'épaule). Mais devant le succès de la série et la popularité des filles en question, l'éditeur lui demanda d'aller plus loin, aussi bien dans les scènes de nu que dans les personnalités caricaturales des personnages. C'est ainsi que Nagai invente le ecchi.


harenchi-gakuen_3.jpg
Harenchi Gakuen, précurseur du ecchi


Ce manga aura de nombreuses conséquences pour sa carrière : tout d'abord, il se met évidemment à dos les associations de parents ainsi que les commissions de censure. Plus étonnant, plusieurs mangaka lui reprochent ses représentations de femmes fortes. Heureusement, le succès de l'œuvre (qui, paradoxalement, est surtout plébiscitée par les enfants) aura également pour effet de le hisser au rang de mangaka révolutionnaire, de vedette régulièrement sollicitée par les médias.
La dernière conséquence marquera une certaine prise de distance entre Nagai et le Jump : le trop grand succès de Harenchi pousse le Jump à ne demander à Nagai que du ecchi. L'imagination du jeune auteur bouillonnant trop pour se limiter à un seul genre, il se voit contraint de créer sa propre société de production en 1969 : Dynamic Productions. Par la suite, Nagai continuera de travailler avec le Jump, mais Dynamic Productions sera toujours là pour les œuvres sur lesquels il veut une liberté totale.

harenchi-gakuen_4.jpg
Haut les mains !


Malgré cette petite pause dans le ecchi, il reviendra régulièrement sur ce genre. En 1973, il crée Cutey Honey (Cherry Miel en français) qui sera le premier magical girl publié dans un shonen. Dans cette histoire, une gynoïde qui possède la capacité de changer d'apparence (chacune ayant des capacités différentes) combat une organisation criminelle pour venger son père… et c'est dans ces transformations qu'on retrouve pour la première fois le nu artistique présent dans de nombreux magical girl (vous savez bien de quoi je veux parler : ce moment où la fille dont on ne voie plus que la silhouette se débarrasse de ses vêtements avant de faire apparaitre sa tenue de magicienne).
Selon Gô Nagai, Cutey Honey est le premier personnage féminin à être le personnage principal d'un shônen… ce qui est assez étrange, puisqu'il avait déjà fait lui-même cette innovation quatre ans plus tôt dans Abashiri Ikka.


cutey-honey_1.jpg
Que serait le monde du magical girl sans ces transformations ?


En 1978, voulant faire une blague à son éditeur, il lui présente Kekkô Kamen (parodie de la série live Gekkô Kamen) qui met en scène une justicière portant pour seuls vêtements une cagoule, une écharpe, des gants et des bottes. Contre toute attente son éditeur est emballé. Ne voulant pas offenser les jeunes femmes qui liraient son manga, il décide d'y ajouter une touche féministe en incluant de nombreux personnages féminins à forte personnalité et en dénonçant les pratiques de certains enseignants, à la limite du harcèlement sexuel.

kekko-kamen_1.jpg
Je suppose que le tissu coutait cher à l'époque…




Le coté obscure du manga


En 1971, Nagai publie une adaptation libre d'une des œuvres qui ont le plus marqué son enfance : la Divine Comédie de Dante Alighieri. Ainsi nait Maô Dante, un manga sombre, dans lequel démons, possessions et réincarnations ne sont pas rares. Toutefois il n'est pas entièrement satisfait de son travail et arrête prématurément son histoire après cinq tomes.
Toujours marqué par les critiques de Harenchi Gakuen, il veut leur répondre en faisant un manga plus adulte, mettant en avant le coté obscure de la société : intolérance, préjugés, égoïsme… Dans cette optique, il écrit Devilman en 1972.

Dans ce manga, les démons se réveillent peu à peu, cherchant à répandre la mort et la destruction. Certains fusionnent même avec les humains, comme avec le père de Akira (le héros) qui tentera de tuer son fils avant de se suicider dans un ultime éclair de lucidité. L'humanité est désarmée face à la puissance des démons. Afin de les combattre à armes égales, Akira décide de pratiquer un rituel qui lui permettra de fusionner avec un démon tout en gardant une part d'humanité.


devilman-origine_1.jpg
Si le design d'origine de Devilman ne paye pas de mine…


Devilman brise les conventions en détruisant toute vision manichéenne et en portant un œil critique sur la société. Après la panique générale qui suivra l'arrivée des démons, on pourra voir la société se recroqueviller dans la paranoïa. Des milices sont mises en place, se basant sur chaque rumeur ou délation pour fondre sur tout démon potentiel... un contexte qui n'est pas sans rappeler la paranoïa présente sous le régime nazi, où chaque citoyen suspect était immédiatement envoyé en camp de concentration. Dans un tel contexte, notre héros (qui a déjà bien assez à faire avec les pulsions du démon qui l'assaillent) devra éviter de se faire démasquer tout en gardant foi en cette humanité décadente… mais mérite-t-elle vraiment d'être sauvée ?

Nagai commentera Devilman en ces termes :
« Je suis l'auteur de Devilman, malgré tout pendant sa création, je me suis senti comme poussé par une force invisible. Il n'y a pas de justice dans la guerre, aucune guerre, il n'y a non plus aucune justification à ce qu'un être humain en tue un autre. Devilman porte un message de mise en garde, tandis que nous marchons vers un futur radieux. »


devilman-modernise_1.jpg
… Il ouvre la voie à des versions plus sombres et effrayante


L'héritage de Devilman est un peu plus difficile à cerner que ceux des autres révolutions apportés par Nagai. Parmi les œuvres qui s'en inspirent fortement, on peut citer Parasite, Berserk ou Evangelion.


Après Devilman, Nagai continuera de faire des mangas sombres et tortueux, ce qui reste son style de prédilection. Violence Jack (paru en 1973), la suite de Devilman qui a également eu un énorme succès en inventant le concept de justicier post-apocalyptique, souvent sadique (Mad Max, Hokuto no Ken). On peut aussi citer Susano Ô (en 1979) qui lui vaudra le prix du manga Kōdansha.


violence-jack_1.jpg
Violence Jack nous offre son plus beau sourire




Une histoire de robots


Un jour, alors qu'il se baladait dans la rue, Gô Nagai voie un embouteillage. Se mettant à la place des conducteurs, il se dit que ceux-ci auraient sûrement bien aimé que des jambes poussent sous leurs voitures pour pouvoir enjamber leurs voisins. Et c'est ainsi que naquit un nouveau genre de manga : le mecha.
Bien évidemment, des mangas mettant en scène des robots existaient déjà à l'époque, mais il s'agissait de robots autonomes (Astro Boy) ou téléguidés (Tetsujin 28-gô). La grande innovation apportée par Gô Nagai (et ce qui définit le mecha) consiste en un robot piloté de l'intérieur. Cette nouveauté permet au héros (et donc au spectateur) de se retrouver au cœur de l'action.


walking-car_1.jpg
Une voiture avec des jambes… quelle drôle d'idée :huh:


Mazinger Z, publié en 1972, fut son premier manga mecha… et donc le premier manga mecha jamais créé. Il raconte l'histoire d'un jeune homme qui prend les commandes d'un robot géant (Mazinger Z) conçu par son grand-père pour faire face à un mégalomane voulant conquérir le monde.
En plus de poser les bases du mecha, Mazinger Z instaure un cliché du nekketsu qui s'est développé au point d'apparaitre partout de nos jours : attaquer en criant le nom de l'attaque (dans Mazinger Z, elles sont déclenchées par commande vocale).
Le mecha marquera toute une génération, et dans la décennie qui suit, de nombreuses séries mecha vont apparaître, cherchant à imiter avec plus ou moins d'originalité Mazinger Z (notamment un certain Gundam).


mazinger-z_2.jpg
Mazinger Z, l'ancêtre de tous les mecha


Après ce succès, Gô Nagai fera d'autres mangas mecha à succès. On y retrouve entre autre son œuvre la plus connue en France : UFO Robo Grendizer, suite de Mazinger Z et Great Mazinger, qui arrivera chez nous sous le nom de Goldorak. Si au Japon, la série rencontre un succès correct sans atteindre le niveau de son prédécesseur, en France elle connaitra le même engouement qu'a eu Mazinger Z dans l'archipel (on va jusqu'à parler de « génération Goldorak »).

goldorak.jpg
La vague Goldorak arrive en France




Consécration


Depuis cette période prolifique, Nagai continue d'écrire des mangas (rencontrant très souvent un bon succès), mais il n'a plus produit d'œuvres aussi révolutionnaires. Cependant, il n'est pas près de sombrer dans l'oubli : de jeunes mangaka réécrivent régulièrement ses histoires, y apportant à chaque fois leurs propres interprétations. Nagai leur laisse carte blanche, persuadé que les nouvelles générations doivent s'approprier les œuvres du passé pour les améliorer et aller de l'avant.

À noter que depuis 1978, il est membre du Comité des Auteurs Japonais de Science-fiction et Fantasy, dont il a assuré la présidence à deux reprises de 1996 à 2002.

Après Osamu Tezuka (inventeur du manga tel que nous le connaissons), Gô Nagai est aujourd'hui considéré comme le mangaka qui a le plus révolutionné le monde du manga. Son héritage est partout, nous le voyons sans même nous en apercevoir dans tous les domaines de la culture otaku.

La prochaine fois que vous regarderez du ecchi, un manga tortueux ou un mecha, essayez d'avoir une petite pensée pour cet homme sans qui ce que vous regardez n'existerait peut-être pas.


go-nagai_4.jpg


Modifié par beixoultes, 06 février 2015 - 13:08.

  • 7

741402Bannireanangelssleeping.png
Voudrais-tu que je t'y emmène? A l'endroit de cette ville où les vœux deviennent réalité.
Veux-tu devenir une mahou shoujo? /(O ω O)\
Le pouvoir de l'imagination est ce qui change tout.

My anime list
200062bannierelpeas.png


#2
MadamePoulpe

  • messages 40
  • Inscrit(e) : 22 juillet 2014

  • Humeur du actuel : Sluggish

Réputation : 9 (Neutre)

Merci pour cette chronique, c'était très intéressant !

Je ne le connaissais que de nom et honte à moi, je n'avais jamais cherché à en savoir plus jusqu'à aujourd'hui.

 

C'est quand même incroyable qu'un seul homme soit à l'origine de deux grands genres devenus totalement classiques/anodins dans le monde du manga d'aujourd'hui ! :o


  • 0

#3
Perona

      Kitsune Lover

  • messages 1 671
  • Inscrit(e) : 29 juin 2012

  • Humeur du actuel : Démoniaque

Réputation : 314 (Adulé !)

Merci beaucoup pour cette chronique de plus interressante :(


  • 0

                                              Mugen no gemu Hime                                                   

 

13100604095315919611615832.png

 

14062704455215919612348886.png

 My AnimeList                                                                                                        Mes Créa'


#4
katalu

      I deserve my life to Eroge ... Or not.

  • messages 151
  • Inscrit(e) : 10 mars 2013

  • Humeur du actuel : Endormi

Réputation : 18 (Neutre)

S-U-P-E-R-B-E ! J'ai littéralement dévorer cette chroniquetrès intéressante et très bien trouvé ! C'est du super boulot Beix' !


  • 0

WALLET-KUN PLEASE DONT DISASPEAR INTO THE KICKSTARTER NOOOOOO

 

990546katabanniere_zpsf3592555.png


#5
Killer007

      ~OneeSan-Zuki~

  • messages 1 584
  • Inscrit(e) : 30 septembre 2011

  • Humeur du actuel : Hallucinante

Réputation : 64 (Se fait un nom)
Merci beix pour cette chronique, extrêmement intéressante et enrichissante ! :)
 

La prochaine fois que vous regarderez du ecchi, un manga tortueux ou un mecha, essayez d'avoir une petite pensée pour cet homme sans qui ce que vous regardez n'existerait peut-être pas.


Oui donc vous avez bien entendu, la prochaine fois que vous vous tripoterez devant Rias Gremory, pensez à Go Nagai et sa jolie petite barbe en le faisant ;).

Modifié par Killer007, 08 février 2015 - 01:03.

  • 1

799556KIllersign.png

140102044150121624.png


#6
beixoultes

  • messages 1 435
  • Inscrit(e) : 23 octobre 2011

  • Humeur du actuel : Fatigué

Réputation : 320 (Adulé !)
Merci à tous, content que ça vous ai plus :)

La prochaine fois que vous regarderez du ecchi, un manga tortueux ou un mecha, essayez d'avoir une petite pensée pour cet homme sans qui ce que vous regardez n'existerait peut-être pas.


Oui donc vous avez bien entendu, la prochaine fois que vous vous tripoterez devant Rias Gremory, pensez à Go Nagai et sa jolie petite barbe en le faisant ;).


C'est pas tout à fait à ça que je pensais, mais pourquoi pas si ça correspond à tes goûts :lol:
  • 0

741402Bannireanangelssleeping.png
Voudrais-tu que je t'y emmène? A l'endroit de cette ville où les vœux deviennent réalité.
Veux-tu devenir une mahou shoujo? /(O ω O)\
Le pouvoir de l'imagination est ce qui change tout.

My anime list
200062bannierelpeas.png


#7
Heartsy

      Ma Chérie !!!!!!!!

  • messages 365
  • Inscrit(e) : 19 janvier 2013

  • Humeur du actuel : Détendue

Réputation : 101 (Étoile montante)
Alors là, chapeau bas mon cher !
Un magnifique chronique et tellement de réponse sur: "les origines des genres du manga." Merci de m'avoir fait découvrir ce génie.
  • 0

Image IPB


#8
blue26

      Sore wa himitsu desu

  • messages 928
  • Inscrit(e) : 12 août 2012

  • Humeur du actuel : Équilibré

Réputation : 71 (Se fait un nom)

 

Mazinger Z, publié en 1972, fut son premier manga mecha… et donc le premier manga mecha jamais créé.

 

En faites pour être précis le 1er manga reconnu comme étant un manga "mecha" c'est "Tetsujin 28-gō " (paru en 1956 )  , mais si on se réfère au style des mecha de maintenant (c'est à dire un pilote dans le robot géant et non à l'extérieur, oui mazinger Z est le 1er dans ce sens).

 

 

 

Sinon bravo  toi beix, j'ai bien aimé ta chronique sur gô nagai ^^


  • 0

insouciantes, au pays des merveilles rêvant devant les jours qui passent, devant les été qui meurent, emportées à jamais par le courant lentement, au fil de l'eau... La vie qu'est ce donc si ce n'est un rêve ?

Blue Anime List

Time waits for no one ...

Les rêves s'étendent à l'infini et le futur que l'on dessine aussi....Les limites c'est ce qu'indiquent les deux aiguilles de l'horloge.


#9
Sangigi Fuchsia

      Survivant du vieux continent ...

  • messages 777
  • Inscrit(e) : 24 septembre 2011

  • Humeur du actuel : Artistique

Réputation : 106 (Étoile montante)

Excellent chronique et surtout ... quel homme ce Nagai ! =O Je ne le connaissais que de nom moi aussi et suis heureux d'en avoir appris plein sur l'une des plus grande figure du manga.


  • 0

Mon site personnel : http://esenjin.xyz/, « Mon langage est composé de 40 kg de cuivre, 25 kg de zinc, 15 kg de nickel, 5 kg de glace pour m'apaiser et 97 kg de méchanceté. »

Image IPB
Image IPB


#10
Misuzu

      自由になった姫 =D

  • messages 5 529
  • Inscrit(e) : 13 juillet 2010

  • Humeur du actuel : Aucun choisi

Réputation : 494 (Adulé !)

En faites pour être précis le 1er manga reconnu comme étant un manga "mecha" c'est "Tetsujin 28-gō " (paru en 1956 )  , mais si on se réfère au style des mecha de maintenant (c'est à dire un pilote dans le robot géant et non à l'extérieur, oui mazinger Z est le 1er dans ce sens).

 

 

 

Sinon bravo  toi beix, j'ai bien aimé ta chronique sur gô nagai ^^

 

 

T'as lu en diagonale toi blue :P

Je cite :

 

 

« Bien évidemment, des mangas mettant en scène des robots existaient déjà à l'époque, mais il s'agissait de robots autonomes (Astro Boy) ou téléguidés (Tetsujin 28-gô). La grande innovation apportée par Gô Nagai (et ce qui définit le mecha) consiste en un robot piloté de l'intérieur. »

 

 

 

 

Encore merci pour cette chronique beixoultes =)


  • 0

#11
blue26

      Sore wa himitsu desu

  • messages 928
  • Inscrit(e) : 12 août 2012

  • Humeur du actuel : Équilibré

Réputation : 71 (Se fait un nom)

ah tiens bizarre j'ai du appuyer trop fort sur le page down (surement l'horrible voiture qui ma fait appuyer sur la touche XD )


  • 0

insouciantes, au pays des merveilles rêvant devant les jours qui passent, devant les été qui meurent, emportées à jamais par le courant lentement, au fil de l'eau... La vie qu'est ce donc si ce n'est un rêve ?

Blue Anime List

Time waits for no one ...

Les rêves s'étendent à l'infini et le futur que l'on dessine aussi....Les limites c'est ce qu'indiquent les deux aiguilles de l'horloge.


#12
beixoultes

  • messages 1 435
  • Inscrit(e) : 23 octobre 2011

  • Humeur du actuel : Fatigué

Réputation : 320 (Adulé !)
Tu me fais douter, Blue. Peut-être que Tetsujin est rétrospectivement considéré comme un mecha lui aussi. La définition du mecha change selon les sites que je consulte : certains parlent d'armures robotisées, d'autre de robots géants pilotés de l'intérieur, et d'autres encore de robots géants tout court.

Je viens de faire un tour sur la page Wikipédia de Tetsujin et ce n'est franchement pas clair : d'un côté ils disent que c'est le premier mecha, de l'autre qu'il faut attendre Mazinger pour que les robots pilotés de l'intérieur (c'est à dire les mecha) apparaissent.

Mais quoi qu'il en soit, c'est le succès de Mazinger qui a fait naitre le mecha en tant que genre.
  • 0

741402Bannireanangelssleeping.png
Voudrais-tu que je t'y emmène? A l'endroit de cette ville où les vœux deviennent réalité.
Veux-tu devenir une mahou shoujo? /(O ω O)\
Le pouvoir de l'imagination est ce qui change tout.

My anime list
200062bannierelpeas.png


#13
blue26

      Sore wa himitsu desu

  • messages 928
  • Inscrit(e) : 12 août 2012

  • Humeur du actuel : Équilibré

Réputation : 71 (Se fait un nom)

Content que tu est compris ce que je voulais dire ^^ ( même si en faites j'aurais hésité à l'écrire si j'avais pas loupé ton morceau de texte XD )

 

Sinon pareil que toi pour les recherches autour de ce qui est considérer comme le 1er mecha (d'ailleurs je me souvient qu'as une époque on parlais toujours d' astro comme 1er mecha alors que c'est un pure robot ...) mais en faites comme tu dis le terme mecha change selon les opinions.

 

Pour moi il aurais du créer un autre terme pour les mecha type mazinger (qui se pilote de l'intérieur) ^^°


Modifié par blue26, 08 février 2015 - 21:02.

  • 0

insouciantes, au pays des merveilles rêvant devant les jours qui passent, devant les été qui meurent, emportées à jamais par le courant lentement, au fil de l'eau... La vie qu'est ce donc si ce n'est un rêve ?

Blue Anime List

Time waits for no one ...

Les rêves s'étendent à l'infini et le futur que l'on dessine aussi....Les limites c'est ce qu'indiquent les deux aiguilles de l'horloge.


#14
beixoultes

  • messages 1 435
  • Inscrit(e) : 23 octobre 2011

  • Humeur du actuel : Fatigué

Réputation : 320 (Adulé !)
C'est plutôt Tetsujin qui a été inclu un peu hâtivement dans le genre "mecha" : quand le terme a été inventé, c'était clairement pour désigner les robots types Mazinger.

Après, est-il vraiment nécessaire de trouver un autre terme pour 2-3 mangas litigieux?
  • 0

741402Bannireanangelssleeping.png
Voudrais-tu que je t'y emmène? A l'endroit de cette ville où les vœux deviennent réalité.
Veux-tu devenir une mahou shoujo? /(O ω O)\
Le pouvoir de l'imagination est ce qui change tout.

My anime list
200062bannierelpeas.png


#15
narutotokko

  • messages 1 269
  • Inscrit(e) : 27 septembre 2011

  • Humeur du actuel : Aucun choisi

Réputation : 146 (Étoile montante)

Super chronique !

 

Je rajouterais juste une choses : (nostalgie quand tu nous tien)

 

Et ceci (superbe chanson, jamais je l’oublirai)

 

La belle époque.


Modifié par narutotokko, 13 février 2015 - 22:25.

  • 0




Répondre à ce sujet



  


0 utilisateur(s) dans ce forum

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Community Forum Software by IP.Board
Licence accordée à : AnimeServ.NET
Design & Code by Bad.Y o/
© 2013 AnimeServ