Aller au contenu


* * * * * 2 note(s)

Nitaboh


1 réponse à ce sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
Nitaboh - Tsugaru Shamisen Shiso Gaibun
Nitaboh
- NITABOH 仁太坊一津軽三味線始祖外聞
- NITABOH, the Shamisen Master
2004
Drame - Historique - Musical  
1 FILM 90 mins  (Terminé)
Crée par      DAIJO KAZUO
Réalisé par  WAO! World
Non Licencié        
         
  • test
L'anime nous conte l'histoire d'un garçon, Nitaboh, qui a perdu sa mère, une musicienne joueuse de shamisu (un instrument a cordes japonnais), lorsqu'il n'avait qu'un mois et qui a perdu la vue a l'âge de huit ans suite a une maladie. Étant aveugle, il s'intéresse donc a tout ce qui fait du bruit, aussi supplie-t-il une joueuse aveugle ambulante de shamisu de lui apprendre a jouer de cet instrument lorsqu'elle passe par son village.

-Thaa-
Source : Animeka
 
J'aime (0)
J'aime pas (0)
Remercier (0)
 
Favoris
A voir
vu
Abandonner
Recommander
Uploadeurs


  • 0

SolidSam
(x8) -

#2
Karasa

      Dénicheur d'hors-la-loi

  • messages 2 118
  • Inscrit(e) : 30 décembre 2009

  • Humeur du actuel : Aucun choisi

Réputation : 414 (Adulé !)
Dans la mesure où la musique traditionelle satisfait mes besoins auditifs, je me devais de voir ce petit bijou assez méconnu, malheureusement.

Ce film s'inspire de la biographie, écrite par Kazuo Daijo, Nitaboh: Tsugaru shamisen shiso gaibun, narrant les périples de Nitaboh, un villageois qui aurait perdu la vue très jeune et qui serait le fondateur d'un nouveau style de shamisen, le Tsugaru shamisen (Tsugaru étant le nom de la région d'origine de Nitaboh).

Connaissez-vous le shamisen ? Cette espèce de longue luth ne comportant que trois cordes, un instrument traditionnel ancré dans la culture japonaise. Le genre d'instrument se prêtant à merveille aux chambaras et autres films de sabre chinois. De nos jours, des groupes tels que Yoshida Brothers (que je recommande) l'utilisent avec brio dans leurs musiques.

Par conséquent, en assistant aux prouesses musicales d'une nomade, Nitaboh abandonnera sa flûte pour le shamisen, pensant qu'il pourra davantage toucher le cœur des gens avec cet instrument. Cette recherche de cette art musical constituera son objectif premier, une longue quête remplie d'obstacles en tous genres que notre aveugle devra surmonter : d'un périple s'écoulant sur plusieurs saisons, ce personnage devra user de son savoir-faire dans l'optique de chercher un art, cet art passera forcément par la case de l'originalité : il lui sera necessaire de briser les co[r]des musicaux du shamisen.

Le film se veut didactique, l'histoire se déroule aux premières années de l'ère Meiji, une époque qui signe la fin des 250 ans de paix démarrée au terme de la bataille de Segihara (en octobre 1600), une époque où l'industrialisation et la modernisation s'installent, et où les relations avec d'autres pays commencent à s'ouvrir (en effet, disons qu'à cette époque, il était interdit de quitter ou d'entrer au Japon sous peine d'être exécuté).

Le chara-design ne m'a pas impressionné, il reste correct et illustre des personnages réalistes. C'est vraiment dans les décors et la musique que le film excelle. Tadashi Kudo nous a concocté des paysages absolument magnifiques, colorés et montrant bien l'aspect visuel du Japon de cette époque. En ce qui concerne la musique, ce n'est pas parce que le thème principal est le shamisen, que le film en regorge : il y a parfois des passages chantés, de la flûte, des tambours etc. des compositions traditionnelles donc et pour certaines, amenant une atmosphère étrange (dans le bon sens du terme, je vous rassure). Lorsque Nitaboh (ou autres musiciens) jouent de leurs instruments, l'animation est tellement soignée que l'on peut voir réellement les mouvements des mains, un joli souci du détail que j'estime qu'il fallait souligner.

Et enfin, pour votre information, ce film a reçu une multitude de récompenses et a été présenté à de nombreuses salles dans le monde (Canada, Rep. Tchèque, France, Corée), ceux-ci montrent que cet œuvre est d'une grande qualité : un long-métrage illustrant un Japon en pleine reconstruction sociale et un hommage à une légende musicale. Je recommande tout bonnement ce film à tous les amateurs de cette culture, les effrénés de scènes d'action aux effets spéciaux explosant la rétine, passez votre chemin. Une heure et quarante minutes de tranquillité, un moment artistique sur le plan graphique que musical : bienvenue à l'ère Meiji, laissez-vous transporter par ce formidable film. Merci Akio Nishizawa, ce fut très touchant.

Modifié par Karasa, 10 janvier 2012 - 12:14.

  • 2

Image IPB






0 utilisateur(s) dans ce forum

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Community Forum Software by IP.Board
Licence accordée à : AnimeServ.NET
Design & Code by Bad.Y o/
© 2013 AnimeServ